Bille en tête

Auteur : Joël Houssin

Collection : Le Dobermann

Éditeur : Fleuve Noir

Date de parution : Février 1984


16ème tome de la saga "le Dobermann"

Tome 16 : Bille en tête (illustration Liberatore)

Résumé de l'auteur :
Faire un champion d'un boxeur manchot, braquer une partouze mondaine avec un fanatique de l'abstinence, menacer un pays entier avec des cassettes vidéos, échapper à toute une meute de vilains qui ne rêvent que de vous trouer la peau, déjouer les trahisons et les pièges, tout ça n'est pas du pain pour les âmes sensibles.
Le Dobermann s'en doutait, mais tout le monde lui conseillait de foncer dans le tas...
Bille en tête !

Commentaires :
Concernant le tome 15, je disais que le rythme était enlevé ! Alors là, je ne sais même plus quoi dire. Pire !? Ouais. Allons-y avec ça : ce Dob est pire. Mené au pas de charge, désopilant (Lefèvre et Silverberg en partouze !), un commissaire répondant à la douce appellation de Zola aussi doué pour le sadisme que l'autre pour les romans, le retour de Nat la Gitane et surtout, un Lepentrec en méchant pétard. Normalement, le Dobermann n'est déjà  pas d'un tempérament très doux mais cette fois ci, il pète un boulon. Faut bien dire qu'il a ses raisons ! Houssin prouve une fois de plus qu'il est aussi doué pour le scénario que pour la mise en scène. Y devrait faire des films, ce Monsieur.

Morceau choisi :

(Silverberg est de sortie... )
Au dernier étage du quai des Orfèvres, dans les burlingues du Département des Enquêtes Réservées, le D.E.R., l'inspecteur David Silverberg tente une nouvelle fois de se confectionner un nœud de cravetouze convenable. C'est vraiment la chierie, ces coulantes, il songe, quand on a pas l'habitude d'en porter.
En le voyant saboulé rider, le droguet fil-à-fil sous un lardeus popeline, la liquette en soie grise, le grimpant tombant impec sur une paire d'étincelantes vernos, Clodarec laisse échapper un long sifflement.
_ Ben mon pote ! il s'exclame. Tu vas à un mariage ?
_ Mieux que ça, vieux, répond Silverberg, mystérieux. Beaucoup mieux que ça.
_ Tu sors Miss France ?
_ Tu parles, ricane l'inspecteur. Pour cette toupie, j'changerai même pas de calecif.

(Le Dob  vient d'essuyer une bastos dans la jambe et reprend son souffle, appuyé sur une voiture. Surgit un type... )
_ Et ma carrosserie, patate ? rouscaille une voix. C'est toi qui va me casquer le nettoyage, p'têtre ?
Le Dobermann frime l'ahuri qui l'interpelle, un gros balourd avec un petit clébard à poils long qui vient renifler le futal du tueur.
_ C'est à vous ? demande-t-il d'une voix faible.
_ Et comment ! rugit le cave. T'es assis sur ma bagnole ! T'as pigé, banane ? Taille-toi !
Le Dobermann lève lentement son 357 Maximum.
_ Vous allez me conduire, murmure-t-il. Mettez-vous au volant.
_ Mais je...
_ Dépêchez vous.
Le gros, louchant sur le calibre, fouille la poche de son grimpant, en sort un trousseau de caroubles et contourne la guinde. Le p'tit clebs se met à japper. Le gros s'installe au volant et ouvre au Dob qui grimpe à l'arrière.
_ Faites gaffe de pas tâcher mes sièges, gémit le balourd.
_ Roulez vers la porte de Pantin, souffle le Dob. Vous prendrez le périf direction Sud...
_ Et mon chien ? s'inquiète le nave.
_ Si tu t'magnes pas le train, t'auras plus jamais à te soucier pour la carrosserie de ton tas de boue, connard ! grince le Dobermann en enfonçant le canon du Maximum dans la nuque du pilote.