La nuit du Dobermann

Auteur : Joël Houssin

Collection : Spéciale-Police

Éditeur : Fleuve Noir

Date de parution : Juillet 1981

N° 1660 (collection Spéciale-Police)
4ème tome de la saga "le Dobermann"

Tome 4 : La nuit du Dobermann

Résumé de l'auteur :
Vou prenez quatre cinglés de la gâchette, cyniques et ambitieux, vous ajoutez la brigade du commissaire Christini et ses tueurs gommeux, une pincée de truands pas partageurs pour un sou, vous relevez avec une ombre de Dobermann, un 357 Magnum et vous mélangez le tout.
Un plat qui ne manque pas de piquant, avec une chouette sauce du genre carmin.
C'est la fête aux asticots...

Commentaires :
La machine est bien huilée. Bien qu'aussi sombre et négatif que le précédent épisode, "la nuit du Dobermann" fait la part belle à une ribambelle de vilains fers du milieu plus marteaux les uns que les autres. A tel point que le Dobermann qui se retrouve entre les flics et ce gang de tarés, est  bien en peine de choisir le moindre mal. Menda, un des principaux protagonistes, est sans nul doute le plus louf des  personnages depuis le début de la série même si le pire reste à venir. A noter : on fait la découverte de Joseph le triste, le grand frère du futur bras droit du Dob, dont on peut dire que le surnom n'est pas usurpé.

Morceau choisi :
(Menda le sadique en pleine action...)
Menda se mit à ricaner. Longtemps. Nerveusement. Puis le rire cessa. Le silence pesa sur l'étroite salle de bains, juste troublé par les clapotis timides de l'eau et l'infime crépitement de la mousse.
En deux secondes, le drame fut consommé. Menda avait bondi, saisi la chevelure dorée d'Elisabeth d'une poigne féroce, lui avait renversé la tête en arrière et lui avait tranché la gorge. Net. Bouche béante, vomissant un flot spasmodique déhémoglobine, cartilages déchiquetés qui battaient au rythme d'une soupape endiablée, cherchant désespérement un peu d'air.
Menda ne l'avait pas lâchée. Il la tira violemment vers lui et taillada à plusieurs reprises la poitrine. Il sortit le corps de la baignoire et le projeta sur le carrelage. Il poursuivit son massacre avec un acharnement systématique.